Sci-Comm

Regards sur la communication des sciences

La communication scientifique ne se fait pas
de la même manière dans tous les pays du monde.
C’est pourquoi, nous profitons de ce voyage pour rencontrer
des médiateurs et connaître leurs expériences, réflexions, points de vue…
Cliquez sur leurs noms pour voir chaque interview !

Astrophysiciens en Action

Chaîne YouTube ‘Astrofísicos en Acción’, Mexique.

María Emilia Beyer

DGDC, Université Nationale Autonome du Mexique.

Jorge Padilla

 SOMEDICyT,
Mexique.

Yves Gingras

Université du Quebec à Montréal, Canada.

Pascal Gagneux

Université de la Californie à San Diego,
E.E.U.U.

Nicolas Beck

Université de Lorraine,
France.

Astrophysiciens en action

« Astrophysiciens en action » est un groupe de trois amis astrophysiciens passionnés par la vulgarisation des sciences.

Depuis 2013, animent des conférences et ateliers. Fin 2016, ils ouvrent leur chaîne YouTube.

Dans cette interview, Patricia Hernández et Norberto Espíritu, deux membres du groupe, nous ont livré leur témoignage de YouTubers scientifiques et de membres de cette nouvelle génération de vulgarisateurs.

Maria Emilia Beyer

María Emilia Beyer est membre titulaire de la Société Mexicaine de Vulgarisation des Sciences et Techniques et médiatrice au sein de la Direction Générale de la Vulgarisation des Sciences de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM), à Mexico.

Biologiste et philosophe des sciences, Maria Emilia Beyer est avant tout une vulgarisatrice expérimentée. Livres, presse écrite, radio, télévision, expositions… Nombreux sont les types de médias explorés par cette pionnière de la vulgarisation au Mexique.

Elle a accepté de répondre à nos questions en marge du 22ème congrès bisannuel de la Société Mexicaine de Vulgarisation des Sciences et Techniques qui s’est tenu du 6 au 9 août 2018 dans la ville de Guanajuato.

Jorge Padilla

Jorge Padilla est un vulgarisateur mexicain chevronné. Il est coauteur de « Diagnostic de la vulgarisation scientifique en Amérique Latine : Un regard sur la pratique de terrain », publié en 2017 par le Réseau de Vulgarisation des Sciences et Technologies en Amérique Latine et dans les Caraïbes (RedPOP).

Dans cette interview, il nous parle des défis auxquels font face les communicateurs des sciences en Amérique Latine et nous fait part des conclusions de ses travaux.

En plus d’être membre du RedPOP, Jorge Padilla est membre actif de la Société Mexicaine pour la Vulgarisation des Sciences et Techniques (SOMEDICyT) et fondateur de l’association Fibonacci – Innovation et Culture Scientifique. Durant sa carrière, il a travaillé comme chimiste industriel, enseignant-chercheur, directeur de musée et coordinateurs de divers projets de vulgarisation scientifique.

 

Yves Gingras

Historien et sociologue des sciences, Yves Gingras est professeur à l’Université du Québec à Montréal. Honoré par de très nombreux prix et distinctions tout au long de sa carrière, il a aujourd’hui acquis une notoriété internationale dans son domaine.

Après des études en physique, Yves Gingras étudie un doctorat en Histoire et Sociopolitique des Sciences à l’Université de Montréal. Aujourd’hui, après de nombreux passages par des universités de renom telles que Harvard ou le MIT, il s’intéresse de près aux questions liées au développement scientifique et technologique et aux relations entre sciences et religions.

Retrouvez aussi son interview sur la sociologie des sciences : « La science, un phénomène universel ? »

Pascal Gagneux

Pascal Gagneux est professeur et directeur de laboratoire dans le Département de Pathologie de l’Université de Californie à San Diego.

Biologiste moléculaire, il s’intéresse aussi de près aux questions de l’évolution et de l’anthropologie. En tant que chercheur multi-casquettes, Pascal Gagneux trouve de nombreux avantages à communiquer les résultats de ses recherches auprès du grand public. Que ce soit autour d’un café, dans une salle de conférence ou même dans un bar, il ne manque pas une occasion de parler des sujets scientifiques qui le passionnent. Dans cette interview, il nous livre sa vision de la communication des sciences dans un pays qui s’en est fait une véritable spécialité. L’intégralité de notre rencontre avec Pascal Gagneux est disponible ici.

Nicolas Beck

Figure importante de la médiation scientifique en France, Nicolas Beck est géologue de formation. Il travaille depuis 15 ans maintenant à l’Université de Lorraine, où il est responsable du service de culture scientifique.

Bien que son travail soit principalement axé sur la médiation scientifique entre les chercheurs de son université et le grand public, Nicolas Beck est un vulgarisateur expérimenté et touche à de nombreux médias. Il anime notamment l’émission de radio Remue-méninges sur RCF, écrit régulièrement pour le magazine Cosinus, a importé le concours “Ma Thèse en 180 secondes” en France…

L’auteur de l’ouvrage « En finir avec les idées reçues sur la vulgarisation scientifique » (Editions Quae) nous a reçu à Nancy, juste avant notre départ, pour nous faire part de sa vision sur la médiation des sciences.

SCI-COMM

Regards sur la
communication des sciences

La communication scientifique ne se fait pas de la même manière dans tous les pays du monde. C’est pourquoi, nous profitons de ce voyage pour rencontrer des médiateurs et connaître leurs expériences, réflexions, points de vue… Cliquez sur leurs noms pour voir chaque interview !

  • https://youtu.be/TWpUK2JAd9U

    Depuis 2013, ils animent des conférences et ateliers. Puis fin 2016, ils ouvrent leur chaîne YouTube (en espagnol) :Astrophysiciens en Action.

    Dans cette interview, Patricia Hernández et Norberto Espíritu, deux membres du groupe, nous ont livré leur témoignage de YouTubers scientifiques et de membres de cette nouvelle génération de vulgarisateurs.

  • María Emilia Beyer est membre titulaire de la Société Mexicaine de Vulgarisation des Sciences et Techniques et médiatrice au sein de la Direction Générale de la Vulgarisation des Sciences de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM), à Mexico.

    Biologiste et philosophe des sciences, Maria Emilia Beyer est avant tout une vulgarisatrice expérimentée. Livres, presse écrite, radio, télévision, expositions… Nombreux sont les types de médias explorés par cette pionnière de la vulgarisation au Mexique.

    Elle a accepté de répondre à nos questions en marge du 22ème congrès bisannuel de la Société Mexicaine de Vulgarisation des Sciences et Techniques qui s’est tenu du 6 au 9 août 2018 dans la ville de Guanajuato.

  • Jorge Padilla est un vulgarisateur mexicain chevronné. Il est coauteur de « Diagnostic de la vulgarisation scientifique en Amérique Latine : Un regard sur la pratique de terrain », publié en 2017 par le Réseau de Vulgarisation des Sciences et Technologies en Amérique Latine et dans les Caraïbes (RedPOP).

    En plus d’être membre du RedPOP, Jorge Padilla est membre actif de la Société Mexicaine pour la Vulgarisation des Sciences et Techniques (SOMEDICyT) et fondateur de l’association Fibonacci – Innovation et Culture Scientifique. Durant sa carrière, il a travaillé comme chimiste industriel, enseignant-chercheur, directeur de musée et coordinateur de divers projets de vulgarisation scientifique.

    Dans cette interview, il nous parle des défis auxquels font face les communicateurs des sciences en Amérique Latine et nous fait part des conclusions de ses travaux.

  • Historien et sociologue des sciences, Yves Gingras est professeur à l’Université du Québec à Montréal. Honoré par de très nombreux prix et distinctions tout au long de sa carrière, il a aujourd’hui acquis une notoriété internationale dans son domaine.

    Après des études en physique, Yves Gingras étudie un doctorat en Histoire et Sociopolitique des Sciences à l’Université de Montréal. Aujourd’hui, après de nombreux passages par des universités de renom telles que Harvard ou le MIT, il s’intéresse de près aux questions liées au développement scientifique et technologique et aux relations entre sciences et religions.

    Retrouvez aussi son interview sur la sociologie des sciences : « La science, un phénomène universel ? »

  • Pascal Gagneux est professeur et directeur de laboratoire dans le Département de Pathologie de l’Université de Californie à San Diego. Biologiste moléculaire, il s’intéresse aussi de près aux questions de l’évolution et de l’anthropologie.

    En tant que chercheur multi-casquettes, Pascal Gagneux trouve de nombreux avantages à communiquer les résultats de ses recherches auprès du grand public. Que ce soit autour d’un café, dans une salle de conférence ou même dans un bar, il ne manque pas une occasion de parler des sujets scientifiques qui le passionnent. Dans cette interview, il nous livre sa vision de la communication des sciences dans un pays qui s’en est fait une véritable spécialité.

    L’intégralité de notre rencontre avec Pascal Gagneux est disponible ici.

  • Figure importante de la médiation scientifique en France, Nicolas Beck est géologue de formation. Il travaille depuis 15 ans maintenant à l’Université de Lorraine, où il est responsable du service de culture scientifique.

    Bien que son travail soit principalement axé sur la médiation scientifique entre les chercheurs de son université et le grand public, Nicolas Beck est un vulgarisateur expérimenté et touche à de nombreux médias. Il anime notamment l’émission de radio Remue-méninges sur RCF, écrit régulièrement pour le magazine Cosinus, a importé le concours “Ma Thèse en 180 secondes” en France…

    L’auteur de l’ouvrage “En finir avec les idées reçues sur la vulgarisation scientifique” (Editions Quae) nous a reçu à Nancy, juste avant notre départ, pour nous faire part de sa vision sur la médiation des sciences.