Partie 3

Un véritable défi humain

Si la restauration de la crique de La Paz est un défi technique, elle est également un véritable défi humain. Réunir les pêcheurs du Manglito et les membres de NOS autour d’un objectif commun n’a pas toujours été simple. Selon Liliana Gutierrez, directrice exécutive de NOS, un travail collectif constant doit être mené pour parvenir à lutter contre la « tragédie des biens communs ».

Ce concept, rendu célèbre en 1968 par le biologiste Garrett Hardin, peut être résumé de la manière suivante. Lorsqu’un groupe de personne se trouve face à une ressource limitée, une compétition pour l’accès à cette ressource se met naturellement en place. Le bien commun n’est alors plus vu comme appartenant à tout le monde, mais à personne. Cette logique conduit nécessairement, selon Hardin, à une accélération de l’épuisement de la ressource. C’est ce phénomène qui aurait pu causer l’accélération du déclin de l’Atrina dans la crique de La Paz. Les pêcheurs voyant la ressource diminuer auraient accéléré leur rythme de pêche.

Liliana Gutierrez nous livre ici son interprétation des travaux d’Elinor Ostrom, Prix Nobel d’Économie, sur la gestion des biens communs. En appliquant ce cadre théorique au cas du Manglito, elle espère passer de la « tragédie des biens communs » à un « triomphe des biens communs ».

Les témoignages suivants vous montreront comment ont été appliqués les grands principes d’Elinor Ostrom au quotidien dans le Manglito.

Hubert Méndez, pêcheur du Manglito et membre fondateur d'OPRE

Guillermo Méndez, pêcheur du Manglito et membre fondateur d'OPRE

Alejandra García, biologiste marine membre de NOS

Martín Méndez, pêcheur du Manglito et président d'OPRE

Alejandro Robles, Directeur général et fondateur de NOS

 

Partie 3

Un véritable défi humain

Si la restauration de la crique de La Paz est un défi technique, elle est également un véritable défi humain. Réunir les pêcheurs du Manglito et les membres de NOS autour d’un objectif commun n’a pas toujours été simple. Selon Liliana Gutierrez, directrice exécutive de NOS, un travail collectif constant doit être mené pour parvenir à lutter contre la « tragédie des biens communs ».

Ce concept, rendu célèbre en 1968 par le biologiste Garrett Hardin, peut être résumé de la manière suivante. Lorsqu’un groupe de personne se trouve face à une ressource limitée, une compétition pour l’accès à cette ressource se met naturellement en place. Le bien commun n’est alors plus vu comme appartenant à tout le monde, mais à personne. Cette logique conduit nécessairement, selon Hardin, à une accélération de l’épuisement de la ressource. C’est ce phénomène qui aurait pu causer l’accélération du déclin de l’Atrina dans la crique de La Paz. Les pêcheurs voyant la ressource diminuer auraient accéléré leur rythme de pêche.

Liliana Gutierrez nous livre ici son interprétation des travaux d’Elinor Ostrom, Prix Nobel d’Économie, sur la gestion des biens communs. En appliquant ce cadre théorique au cas du Manglito, elle espère passer de la « tragédie des biens communs » à un « triomphe des biens communs ».

Les témoignages suivants vous montreront comment ont été appliqués les grands principes d’Elinor Ostrom au quotidien dans le Manglito.

Hubert Méndez, pêcheur du Manglito et membre fondateur d'OPRE

Guillermo Méndez, pêcheur du Manglito et membre fondateur d'OPRE

Alejandra García, biologiste marine membre de NOS

Martín Méndez, pêcheur du Manglito et président d'OPRE

Alejandro Robles, Directeur général et fondateur de NOS